Av. de Vaudagne 1

1217 Meyrin – Suisse

+ 41 22 800 25 33

Activer Javascript!

 

Soutenez-nous grâce à vos dons

CH20 0900 0000 1734 7536 2

 

école de San Jacinto Roque

En association avec les communes d'Anières, Carouge, Dardagny et Thônex


Contexte

 

Situation géographique: Unité Educative de San Jacinto Roque, Communauté de Quisicancha, à deux heures et demi de Cusco environ. Environ 90 familles vivent dans cette communauté, avec un total de 200 habitants.

 

Altitude 4’038 mètres.

 

Nombre d’élèves : 57 élèves ont suivi l’année scolaire 2017

 

Etat des batiments initial : l’école dispose de 6 salles de classe. Trois salles de classe présentent une construction rustique avec des murs en pisé, le toit est en bois et en tôle ondulée, les plafonds sont en contre-plaqué, les sols en bois, les portes et les fenêtres sont en métal. Ces construction sont assez détériorées, le toit et les fenêtres ont notamment besoin d’être rénovés.

 

 

École de San Jacinto Roque

 

Partenaire sur place

 

La coopérative Yanapanakusun et Amahuta.

 

Le projet

 

Le but est d’améliorer les conditions d’études des élèves de l’école de San Jacinto dans les Andes péruviennes qui subissent les forts désagréments liés au climat de cette région (la température dans les salles de classe se situe autour de 5°C le matin et montent jusqu’à 11°C l’après-midi), d’améliorer leur condition d’hygiène et de pouvoir diversifier leur alimentation. Pour ce faire, il est prévu d’isoler 3 salles de classe et de construire une serre adossée à l'école, qui permettra de chauffer les salles et de produire des légumes.
 

 

 

Une des classes de l'école

 

Travaux réalisés 

  

La participation de la communauté a été importante dès le début de ce projet.

 

  • Isolation thermique de l'école et installation de double vitrage

 

Le toit a été réparé et isolé avec des planches de tuiles andines translucides. Aussi, afin d’améliorer les conditions d’éducation des enfants, des réparations à l’extérieur et l’intérieur des salles de classe ont été menées : le stuc a été refait autour des lucarnes, la peinture a été rafraîchie, des lumières LED ont été installées, un tableau acrylique blanc a été installé dans les 3 salles de classes, les plinthes, les portes et les encadrements de fenêtres ont été rafraîchies. Les fenêtres ont été remplacées par 9 fenêtres coulissantes de verre, aidant à la fois à limiter les odeurs désagréables d’humidité et à maintenir la chaleur générée dans les classes.  Dans le même objectif de limitation de l’excès tant de chaleur que d’humidité à l’intérieur des salles de classes et éviter la condensation de l’aire chaud sur les lucarnes, la partie haute des lucarnes a été élevée pour faciliter la sortie de l’air chaud et humide. Ces lucarnes permettent d’améliorer de manière considérable la luminosité naturelle à l’intérieur des classes.

 

 

 

 

Des vestibules ont également été construits côté préau, isolant les salles de classe. Ces vestibules servent d’espace de socialisation pour les enfants mais permettent également de sortir de manière graduelle vers la température extérieure afin d’éviter que les enfants aient des maladies respiratoires. Les enfants apprécient rester dans cet endroit.

 

 

 

 

  • Construction d'une serre 30 mètres par 3 mètres 

 

Après avoir identifié l’endroit idéal pour la construction de la serre, la première étape a été de nettoyer le terrain, déconstruire l’ancienne serre qui n’était pas en état et apporter des pierres des carrières avoisinantes afin de permettre la construction notamment des fondations. La forte participation à la fois des enseignants et de la communauté dans cette activité a permis de renforcer l’aspect essentiel d’appropriation et ainsi de garantir un meilleur entretien et durabilité de la construction. Les espaces créés grâce à la serre sont aussi des lieux d’enseignement qui favorisent une meilleure attention des élèves.

 

Cette construction s’est composée de plusieurs étapes :

- Mise à niveau du terrain et construction des fondations

- Installation de la structure métallique qui supportera la couverture de polycarbonate et la fermeture latérale

- Mise en place de matériaux isolant entre les unions de bois et la structure métallique

- Isolement latéral de la serre avec un plastique spécial

- Ventilation de la serre

- Installation d’une porte métallique pour l’accès à la serre

- Installation de 3 portes métalliques dans les vestibules

- Réparation des gouttières

 

A la conclusion de l’ensemble des travaux, une augmentation de 4°C degrés de la température à l’intérieur (à la fois des vestibules, des classes et de la serre) a été notée. Cette température peut augmenter ou diminuer d’1°C selon les conditions climatiques extérieures.

 

 

 

 

 

  • Installations sanitaires

 

Ce sont deux modules de toilettes qui ont été construits.

 

 

  • Autres activités pour pérenniser le projet

 

Au-delà du projet d’amélioration énergétique de l’infrastructure scolaire, ce projet s’inscrit dans une action plus vaste qui s’inscrit dans la durée et qui est mis en œuvre par Amhauta, partenaire de Terre des Hommes Suisse au Pérou. Amhauta travaille depuis 2 ans déjà avec la communauté de Quisicancha. Parmi les activités menées, notons :

- le renforcement communautaire et la mise en place de promoteurs communautaires (désignés par la communauté) dont le rôle est notamment de faire un travail d’accompagnement, dans leur famille, des élèves présentant certaines difficultés;

- des ateliers de sensibilisations sur des thèmes très présents dans la zone, à savoir la violence familiale, la traite – les alentours de Cusco sont une zone de captation de jeunes filles victimes ensuite d’exploitation sexuelle ou par le travail – ainsi que sur le thème de l’hygiène et de la santé pour éviter la transmission de certaines maladie, améliorer les pratiques alimentaires ;

- l’amélioration de l’auto-estime des enfants et des jeunes à travers des ateliers créatifs. A titre d’exemple, lors de la visite terrain du mois de juin, l’équipe de TdH a assisté à un concours de socio-drames entre 4 écoles de communautés dans lesquelles Amhauta travaille. Les parents accompagnaient les enfants et les aident à construire le décor de leurs pièces de théâtre, permettant de toucher des thèmes très forts tels que l’alcoolisme des parents, la traite, le «bulling» (harcèlement scolaire des jeunes lorsqu’ils se retrouvent en ville au niveau secondaire du fait de leur origine rurale), etc.

Tout ce travail avec la communauté est prévu jusqu’à 2020 et permet de garantir une durabilité à l’action Robin des Watts, en comblant d’autres besoins très présents au-delà de la simple mais nécessaire amélioration de l’infrastructure éducative.